/
/

Le retrait en point de vente physique privilégié à la livraison «standard»

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Partager sur email

Le retrait en point de vente physique en passe de remplacer les modes de livraison « standards »

En 2014, la moitié des retailers avoue ne pas poursuivre d’objectif de rentabilité via la vente online.  Pire encore, 14% d’entre eux confessent que le commerce en ligne a eu un impact négatif sur leurs marges. Pour 19% des acteurs multicanaux, elle s’inscrit désormais dans une stratégie plus globale : elle aurait en effet un impact positif sur l’activité des points de vente physiques.

Parmi les dispositifs cross canal utilisés, le click & collect séduit particulièrement les acteurs historiques de la vente de détails, mais celui-ci s’installe aussi largement chez les « nouveaux arrivants » du secteur.

D’ailleurs, 42% des sociétés ayant débuté leur activité après 2012 ne proposent désormais que ce mode de retrait. Parmi les férus de la livraison en points de vente, 70% font partie de la famille des GMS et GSA. On peut légitimement lier ce chiffre à l’essor des « drives », qui ont cru de manière exponentielle depuis 2012. En cause, les coûts qu’engendre la livraison à domicile mais surtout la volonté de ramener le client en point de vente.

Même si la livraison à domicile reste l’option numéro 1 de la distribution, on constate une baisse significative de son utilisation depuis une dizaine d’années : de 95%, ils ne sont plus que 66% des sites de vente online à le proposer en 2014. Enfin, en marge, le retrait en point relais s’applique principalement au secteur de la vente à distance : il est proposé par 59 % des sociétés du secteur vendant sur Internet contre 8 % pour l’ensemble des acteurs.

// Source : INSEE – Les acteurs de la vente en ligne en 2014 – Mai 2015

Sélectionnez votre langue